Mettre son cheval à la retraite
Home > Blog > Nos conseils et astuces > Mettre son cheval à la retraite
Nos conseils et astuces Le
5/5 - (1 vote)

Mettre son cheval à la retraite

5/5 - (1 vote)

Qu’ils soient chevaux de sport ou de loisir, qu’ils aient participé à des épreuves de haut niveau ou fait de la balade toute leur vie, ils méritent tous, quand l’heure a sonné, une retraite paisible et confortable.

À quel âge faut-il mettre mon cheval à la retraite ?

Il n’est pas toujours évident de savoir à quel moment prendre la décision de mettre son cheval à la retraite. Tout comme les hommes, les chevaux vieillissent plus ou moins bien, plus ou moins vite. Nous n’avons pas d’âge précis à vous donner, l’essentiel étant d’écouter votre cheval et de vous adapter à lui.

N’hésitez pas à en parler avec les professionnels qui l’entourent : vétérinaire, ostéopathe, masseur… En plus de votre ressenti en tant que cavalier et propriétaire, ils vous donneront un avis extérieur et objectif.

De quelle façon procéder ?

Là encore, il n’y a pas de bonne réponse, il y a une multitude de façons de procéder, et le mieux est de trouver celle qui conviendra le mieux à vous et votre cheval.

Moon, 24 ans, heureuse retraitée qui profite encore de quelques balades !

Il y a néanmoins quelques petits conseils que nous pouvons vous donner :

Le maitre-mot : pro-gre-ssif !

Progressif dans le changement de rythme de travail

L’idéal pour les chevaux vieillissants, c’est de les accompagner vers la retraite en douceur. Si votre cheval est encore en forme physiquement, et que votre vétérinaire vous confirme qu’il peut continuer à avoir une activité modérée, alors n’hésitez pas à continuer de l’entretenir physiquement tout en diminuant progressivement le rythme et l’intensité de vos séances.

Les séances seront alors plus courtes, plus espacées, et surtout adaptées : en mettant votre cheval dans des attitudes les plus confortables possible, afin d’entretenir sa musculature dans un maximum de confort. Si l’on est cavalier d’obstacle, on réduira voir on arrêtera complètement les séances d’obstacle (ou on passera seulement des petits cavalettis si cela amuse le cheval), si on est cavalier de dressage, on évitera les mouvements difficiles et on passera du temps sur du stretching, si l’on est cavalier d’extérieur, on réduira les distances, on sera vigilant sur les types de sols, le dénivelé…

Progressif dans le changement d’environnement

Le cheval est un animal qui aime la routine. Il est serein lorsqu’il connaît son environnement et que son rythme n’est pas perturbé. La mise à la retraite est souvent (mais pas toujours) synonyme de changement de lieu de vie, et surtout de changement de mode de vie.

Certains chevaux ayant passé plusieurs années en hébergement box/paddock pour pré/box, vont être amenés à vivre au pré H24 pour leur retraite. Gardez bien en tête que même si cela vous fait plaisir de savoir votre cheval en liberté dans un beau pré, avec ses copains du matin au soir et du soir au matin, la transition n’est pour autant pas forcément évidente pour lui. Si celui-ci n’a pas vécu en troupeau depuis longtemps, cela peut lui provoquer de l’émotion de devoir s’intégrer à un groupe de chevaux qu’il ne connaît pas, dont la hiérarchie est déjà établie. Il lui faudra plus ou moins de temps, en fonction des individus, pour se faire une place au sein de ce troupeau, pour accéder sereinement aux ressources (foin, eau, abris…). Gardez bien en tête que cette transition peut donc être émotionnellement intense pour lui, et potentiellement fatigante les premiers temps.

Il en est de même pour son rythme et son confort de vie. Si votre cheval dort depuis des années au box sur une litière propre et confortable, il aura bien du mal à se coucher sur un terrain détrempé par la pluie en plein hiver par exemple. L’idéal étant qu’il dispose d’un abri propre et sec en libre accès, surtout pour les chevaux âgés qui peuvent souffrir d’arthrose et pour qui l’humidité peut poser problème. Une bonne solution peut être la formule pré-box, du moins dans un premier temps. Votre cheval appréciera peut-être particulièrement cette formule, ou bien au contraire vous montrera qu’il est prêt à vivre au pré H24 après cette étape transitoire.

L’abri est souvent fort apprécié des chevaux, un point clé de l’environnement à ne pas négliger.

Où mettre mon cheval à la retraite ?

Quelques points à avoir en tête dans vos recherches de pension :

  • L’accès à l’alimentation : les vieux chevaux peuvent être particulièrement difficiles à garder en état, au fur et à mesure qu’ils avancent dans l’âge. Aura-t-il accès à du foin à volonté l’hiver ? Et peut-être même en été si l’herbe manque. Pourra-t-il être complémenté si cela est nécessaire ou s’il doit recevoir des compléments alimentaires ?
  • Le pré est-il sécurisé ? Pensez à regarder les clôtures, le dénivelé…
  • Le troupeau qu’il va intégrer est-il approprié ? Si votre cheval est âgé et peut avoir du mal à se déplacer, évitez un troupeau avec des jeunes qui chahutent beaucoup ou des chevaux dominants qui vont le chasser trop violemment.
  • Quelle surveillance ? Assurez-vous que votre cheval soit suffisamment sous surveillance.
  • Le confort : y a-t-il un abri dans le pré, suffisamment grand ? Les zones de piétinement sont-elles stabilisées pour éviter la boue profonde en hiver ?
  • La structure dispose-t-elle de box pour pouvoir rentrer mon cheval en cas de blessure ou de soins vétérinaires à effectuer ?

Nous ne pouvons que vous conseiller également de continuer de passer du temps avec votre retraité. Même s’il ne travaille plus ou presque plus, et qu’il vit désormais au pré, il sera heureux de profiter d’un pansage avec vous, d’un moment de massage, d’une petite balade en main…

Belle et longue retraite à votre cheval !

Amélie